Montpellier

 

montpellierOuverture du M.O.C.O, le nouveau Musée d’Art Contemporain de Montpellier, le 29 Juin 2019

 

MOCO se présente comme un écosystème artistique, de la formation des artistes jusqu’aux collectionneurs

 

Un modèle qui a été inventé à Montpellier, réunissant une école d’art et deux lieux d’exposition : L’ESBA (Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Montpellier), LA PANACÉE, Centre d’Art Contemporain, et à partir du 29 juin prochain, LE MOCO, Centre International des Collections d’art. Effervescente, plurielle, Montpellier ne cesse de se réinventer en proposant une offre culturelle audacieuse et innovante, qui fait de la création artistique une chaîne productive traversant la ville. À Montpellier, l’art n’est pas une histoire de saison, mais le reflet d’une volonté politique portée par Philippe Saurel, consistant à faire de la création et des artistes les piliers de l’identité et de la vitalité de la Métropole.

 

INSTITUTION ANTICONFORMISTE, MOCO EST À L’IMAGE DE SON TERRITOIRE : LIBRE ET AUDACIEUX

Avec le MOCO, Montpellier devient la première ville européenne à proposer un centre d’art nouvelle génération regroupant l’ensemble de la filière artistique. La Métropole de Montpellier s’affirme ainsi comme une destination artistique incontournable et tend les bras aux artistes en devenir, émergents ou déjà reconnus, et permettant à tous les publics, du plus exigeant au plus néophyte, de participer à l’art de notre temps.

UN LIEU UNIQUE, AU CŒUR DU CENTRE HISTORIQUE DE MONTPELLIER

Installé au sein de l’Hôtel Montcalm réinventé par l’architecte Philippe Chiambaretta, le MOCO accueillera des expositions au rayonnement international, faisant ainsi de Montpellier le lieu de convergence des plus grandes collections publiques et privées du monde entier. Qu’elle soit collective, individuelle, thématique, historique, chacune des expositions aura la particularité de présenter des collections spécifiques : celle d’une fondation, d’un collectionneur privé, d’une entreprise, d’un musée ou même d’un artiste. Des collections qui, pour la plupart, seront dévoilées pour la première fois au grand public.

 

UNE EXPOSITION INAUGURALE AU RAYONNEMENT INTERNATIONAL

L’exposition inaugurale du MOCO sera consacrée à la présentation d’une sélection d’œuvres majeures issues de la collection Ishikawa, initiée en 2011 par son propriétaire, Yasuharu Ishikawa. Le commissariat est confié à Yuko Hasegawa, directrice artistique du Musée d’Art contemporain de Tokyo (MOT) et professeur à l’université des arts de Tokyo. Considérée comme l’une des figures les plus influentes du monde de l’art asiatique, elle a récemment présenté en France l’exposition Japonorama au Centre Pompidou Metz et Fukami à l’Hôtel Salomon de Rothschild à Paris. Avec près de 50 œuvres d’artistes internationaux tel que On Kawara (Kariya, Japon, 1932 – New York, Etats-Unis, 2014), Felix Gonzalez Torres (1957, Guáimaro, Cuba – 1996, Miami, USA), Pierre Huyghe (1962, Paris, France), Danh Vo (Bà Ria, Vietnam, 1975), Tino Sehgal (Grande Bretagne, 1976), Motoyuki Shitamichi (1978, Okayama, Japon) ou encore Simon Fujiwara (Londres, Grande Bretagne 1982) pour ne citer qu’eux, l’exposition abordera les thèmes de la grande histoire et de l’histoire personnelle, de la frontière (politique, culturelle et mentale) et de la circulation des valeurs, de la fluidité des rapports entre vérité et fiction. Avec cette première exposition le MOCO illustre d’ores et déjà sa capacité à mobiliser les plus grands acteurs,
les plus grandes collections à Montpellier, mettant ainsi la ville sur la carte des capitales de l’art moderne et contemporain.

 

100 ARTISTES DANS LA VILLE, UNE EXPOSITIONÉVÉNEMENT AU CŒUR DE MONTPELLIER, DU 8 JUIN AU 28 JUILLET 2019

Puisque l’art est fait pour être partagé et généreux, l’inauguration du MOCO sera accompagnée d’un grand projet artistique : 100 artistes dans la ville - ZAT 2019. En effet, c’est en 1970 que quatre artistes dans la mouvance du mouvement Support/Surface, originaires de Montpellier (Tjeerd Alkema, Jean Azemard, Vincent Bioulès et Alain Clément), avaient organisé cette exposition dans les rues de la ville.
Près de 50 ans plus tard, Nicolas Bourriaud, Directeur général du MOCO, rend hommage à cette folle idée et mobilise les plus grands artistes de notre temps, mettant l’accent sur la scène française, pour réinventer Montpellier. Sète, commune maritime située en dehors du périmètre métropolitain, sera également associée à l’événement.  Parmi les artistes qui sont déjà au travail pour nous offrir ce grand rendez-vous de l’art : Neïl Beiloufa, Hicham Berrada, Gloria Friedmann, Mona Hatoum, Bruno Peinado, Julien Previeux ou encore Jeanne Susplugas.

 

MOCO MONTPELLIER CONTEMPORAIN, GÉNÈSE D’UN PROJET INÉDIT ET UNIQUE

Philippe Saurel, Maire de Montpellier et Président de la Métropole, s’est entouré de personnalités à l’expertise reconnue pour mener une politique culturelle unique en France en terme d’art contemporain. Ainsi, Nicolas Bourriaud, co-fondateur du Palais de Tokyo et ancien directeur de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en a pris la direction pour proposer un modèle réunissant une école, un centre d’art et un musée des collections.
Un modèle inscrivant durablement Montpellier dans le paysage de la création contemporaine, la positionnant ainsi comme une capitale internationale de la culture. La Présidence du MOCO a été confiée à Vanessa Bruno, fondatrice de la marque de prêt-à-porter éponyme lui permettant ainsi de nourrir deux passions : l’art contemporain et le midi.

 

En savoir plus :  CP-MOCO-29JUIN